Texte à méditer :   Le potage réussi est un signe de bonne éducation.   Grimod de la Revnière

Abricot...

Abricot › Ils ne mûriront plus !
Attention, il est difficile de trouver des abricots savoureux quand on habite loin des zones de production, soit le Sud. En effet, les fruits sont cueillis avant d'atteindre leur pleine maturité afin de pouvoir supporter les délais de transport. Résultat : ils sont souvent fades voire farineux. Choisissez donc des abricots bien orangés et très souples. Ils ne mûriront plus une fois arrivés chez vous !

  

Agneau › Vous avez dit rosé...
Quel que soit le morceau cuisiné, l'agneau doit être servi non pas saignant mais rosé. Ce qui veut dire que, lorsque vous piquez sa chair, le sang qu'elle contient ne doit pas s'en échapper. Pour ce, comptez 25 à 30 minutes de cuisson par kg pour un gigot cuit au four préchauffé à 240°C (th 8) et ramené à 210°C (th 7) après 10 minutes. Pour l'épaule et le carré, 20 à 25 minutes suffiront. Après cuisson, laissez toujours reposer la viande 10 minutes, enveloppée dans du papier alu.
Sachez aussi que les côtes, toujours grasses, seront cuites dans un minimum d'huile ou mieux sur un lit de gros sel.
Et enfin, l'agneau étant une viande grasse, servez-la très rapidement sur des assiettes chaudes... sinon le jus figera.

Agneau : Gigot › Ne transformez pas le gigot en passoire !
Pour éviter que le gigot ne perde son sang, plutôt que de piquer d'ail sa chair, il vaut mieux glisser les éclats d'ail entre la chair et l'os.
Plus efficace encore : au 2/3 de la cuisson, tartiner le gigot d'une purée d'ail mélangée à de la mie de pain et à de la moutarde.
Une autre solution consiste à faire cuire les gousses d'ail non épluchées à côté du gigot puis, en fin de cuisson, à les écraser à la fourchette pour parfumer la sauce.

  

Agrumes › Jus à foison
Citrons, oranges, pamplemousses… Qu'importe ! Immergés 15 minutes dans l'eau chaude avant d'être pressés, ils donneront tout leur jus.

  

Ail › Ne pas être à la colle
Eplucher l'ail en quantité est une opération fastidieuse, les épluchures collant aux doigts. L'astuce consiste à ébouillanter les gousses d'ail pendant 2 minutes puis à les passer sous l'eau froide. Elles seront alors plus facile à éplucher, leurs pelures ne collant plus aux doigts.

Ail › Embroché
Pour retirer facilement des gousses d'ail d'un plat en sauce, les piquer sur un cure-dent avant de les ajouter au plat entrain de mijoter.

Ail › Aie... Je ne digère pas !
Je ne digère pas la moindre trace d'ail. Je suis allergique à l'ail. C'est souvent vrai. Mais combien de gens ignorent qu'il est dangereux d'utiliser un ail trop vieux, à la chair jaune, comportant une ou plusieurs taches brunes ! Oui, l'ail dans ce cas, peut devenir toxique. Les mauvais souvenirs viennent peut-être de la mauvaise digestion d'un mauvais ail !!!

  

Amandes › Monder... N'en faites pas tout un monde
Plongez les amandes dans une casserole d'eau bouillante pendant 2 minutes, égouttez-les puis passez-les sous l'eau froide. Un seul coup d'ongle suffit alors pour enlever la peau.

  

Ananas › Tirez !
Pour choisir un ananas bien mûr, fiez-vous à sa couleur orangée et, pour plus de sûreté, tirez sur l'une de ses feuilles : si elle se détache facilement, votre fruit est à point.
Sachez aussi, que posé dans une corbeille de fruits, l'ananas accélérera la maturation des fruits qui l'entourent.

Ananas › Tenez-moi debout
Un ananas ne se conserve pas au réfrigérateur, il doit être conservé DEBOUT à température ambiante, pour éviter qu'il ne mûrisse en développant des taches brunes à l'intérieur.

  

Anchois › Ajoutez votre grain de sel
Pour dessaler rapidement des anchois, le truc consiste à les rincer à l'eau froide puis à les faire tremper 10 minutes dans du vinaigre de vin.

  

Artichaut › Cassez-moi
L'artichaut doit toujours être choisi d'un vert franc et sans tâches brunes. La meilleure façon de s'assurer de l'état de fraîcheur de l'artichaut est de courber l'une de ses feuilles : si elle casse net, l'artichaut est parfait.

Artichaut › En bouquet de fleurs
Conservez les artichauts crus quelques jours, en les traitant comme un bouquet : les placer dans un vase avec de l'eau sucrée et coupez un peu la tige chaque jour. Par contre, ne jamais conserver des artichauts cuits plus de 24 heures au réfrigérateur, car passé ce délai, ils s'oxydent.

Artichaut › Telle une montgolfière
Les artichauts entiers surnagent toujours dans l'eau ce qui pose un problème pour obtenir une cuisson uniforme. L'astuce consiste donc à recouvrir la casserole d'un linge propre. Sous l'effet de la cuisson, le linge est gonflé par la vapeur qu'il retient très efficacement dans la mesure où il est mouillé.

Artichaut › En mode protection rapprochée
Pour que les fonds d'artichaut ne noircissent pas à la cuisson, ajoutez à l'eau non seulement du jus de citron mais aussi de l'huile d'olive. Celle-ci, en nappant la surface de l'eau, fait office d'isolant.

  

Asperge › Voir talon
Un vrai produit de luxe mais qui mérite très certainement un effort financier. Pour vérifier leur fraîcheur, regardez le talon, c'est-à-dire l'endroit ou le légume a été coupé : plus la section est foncée, plus l'asperge est âgée !

Asperge › Pelante ou pas !
Blanche ou violette, l'asperge se prépare par un simple épluchage au couteau économe, en partant du pied. On doit toujours supprimer 2 bons centimètres de queue parce qu'elle est toujours desséchée à sa base.

Les asperges vertes ne requièrent qu'un rapide brossage sous l'eau courante.

Asperge › Tête dans l'air !
Les asperges peuvent se conserver 48 heures au frigo ; il faut cependant ne pas oublier de les envelopper dans un essuie (torchon) humide têtes en haut sinon elles durcissent et deviennent ligneuses.

Asperge › Une technique de pointe
Et pour faire cuire uniformément des asperges, placez les têtes en haut dans une boîte de conserve préalablement percée puis déposez l'ensemble dans un fait-tout plus haut que les asperges. Remplissez d'eau bouillante salée à mi-hauteur. Comptez 8 minutes. Immergez alors totalement les queues des asperges et recouvrez les têtes d'un papier d'aluminium. Comptez 8 autres minutes de pleine ébullition. Les queues seront parfaitement cuites ainsi que les têtes tout en demeurant fermes.

  

Avocat › Je suis climactérique !
L'avocat, c'est un peu quitte ou double. Trop mûr et c'est désagréable en bouche, pas assez mûr et il a la texture d'une brique. A l'achat, pensez déjà à le tâter pour juger de sa maturité, il doit être souple sous le doigt sans être totalement mou. Mais voilà, parfois on se trompe et on se retrouve avec un avocat trop dur et on manque d'y laisser une dent ! Cependant pas de panique, il existe quelques astuces pour le faire mûrir facilement.
Déjà, il faut savoir que l'avocat est un fruit climactérique, cela signifie qu'il continue de mûrir après cueillette. C'est grâce au gaz qu'il dégage, l'éthylène, que le processus de mûrissement agit. Et comme pour n'importe quel fruit ou légume, s'il est placé à proximité de pommes ou de bananes, qui dégagent aussi de l'éthylène, il mûrira plus vite. Cela fonctionne encore mieux si on place un avocat trop dur avec une banane bien mûre dans un sac en papier ou alors enveloppé d'un fil alimentaire. Dans cet espace confiné, le gaz dégagé sera concentré, donc fera mûrir l'avocat plus vite. A l'inverse, si l'avocat est déjà bien mûr, on l'éloigne illico presto de ces fruits !


Date de création : 19/04/2017 15:18
Catégorie : BigrementMalin -
Page lue 2555 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !