Texte à méditer :   On ne vieillit point à table.   Quitard

Pintadeau aux chicons confits

Voilà une volaille bien cosmopolite... Son nom actuel nous vient du portugais « pintada » qui signifie « peinte » à cause sans doute de son plumage gris bleuté, harmonieusement moucheté de blanc. Cette appellation remonte au 17e siècle mais les pintades étaient connues et appréciées dès la plus haute Antiquité. Les Grecs les nommaient « méléagrides » parce qu'ils croyaient voir en elles les soeurs inconsolables de la mort de Méléagre, métamorphosées en oiseaux par la colère d'Artémis. Les taches blanches de leur plumage n'étaient autre chose que des larmes... Toujours poètes ces Grecs ! Les Romains eux plutôt pratiques appelaient les pintades, « numida » ou « poules de Numidie » ou « de Carthage ». Ce qui indique clairement leur origine.
Il est remarquable que, domestiquée depuis tant de siècles, la pintade ait pu conserver un peu de son goût sauvage à mi-chemin entre le poulet et le faisan.

  

Ingrédients (pour 2 à 3 personnes) :
- 1 pintadeau
- 6 chicons (endives)
- 2 c. à s. de sucre
- 2 c. à s. de Xérès
- 2 c. à c. de persil haché
- 100 g de beurre
- Sel - Poivre

Technique :
1. Dans une cocotte-minute, faire revenir le pintadeau dans le beurre sur toutes ses faces ; saler et poivrer.
2. Laver les chicons et ôter le petit cône d'amertume de la partie inférieure ; les disposer autour du pintadeau et les saupoudrer légèrement de sucre ; dissoudre avec le Xérès.
3. Fermer le couvercle de la cocotte-minute et laisser cuire 25 minutes à feu doux : les chicons vont fondre lentement et imprégner la volaille de leur parfum... Un délice !

Suggestion : Accompagner ce plat d'un gratin dauphinois.

Envoyé par Ondine - Belgique


Date de création : 25/05/2015 06:50
Catégorie : - Pintade
Page lue 1825 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !