Texte à méditer :   L'amour et la faim sont les deux moteurs existentiels de tout homme censé.   John Van A

Couques de suisse ou Couilles de suisse

On appelle viennoiseries les produits de boulangerie dont la technique de fabrication se rapproche de celle du pain ou de la pâte feuilletée, mais auxquels leurs ingrédients donnent un caractère plus gras et plus sucré qui les rapproche de la pâtisserie.
Ces pâtisseries pourraient aussi avoir des origines au Proche-Orient et notamment dans les cuisines du palais de Topkapi, palais à Istanbul en Turquie et dont les immenses cuisines en sont un des éléments essentiels. C'est un officier autrichien, August Zang, associé à un noble viennois, Ernest Schwarzer, qui les introduisit à Paris entre 1837 et 1839, en ouvrant une « Boulangerie Viennoise » et dont le succès a vite inspiré une foule d'imitateurs.
D'abord réalisée en France par des ouvriers venus de Vienne, la viennoiserie est ensuite pratiquée par leurs élèves. La pratique se répandant, elle donne lieu à l'appellation « travail viennois », l'ouvrier étant dit un « viennois ». Parmi ces ouvriers, on distinguait alors le croissantier, le biscottier et le pâtissier-viennois.

  

La couque de suisse est un mets belge appelé traditionnellement 'couille de suisse'. Mais d'où vient cette étrange appellation ? Une légende raconte que jadis dans les églises, un garde suisse avec une hallebarde redoutable et un chapeau emplumé, veillait à garder le calme du sanctuaire et remettre à l'ordre l'éventuel trublion de ce saint silence. En fait un guerrier impitoyable parfois raillé quant à ses compétences militaires. Une trop fine bouche aurait dit : 'Ce plat à autant de valeur que les couilles du suisse' en faisant allusion à notre homme d'armes. Quant aux personnes que cette appellation rebutait, ils la transformeront en 'couque de suisse' mais sachez que nul Helvète n'est capable de vous en énoncer la recette !!!

Ingrédients (pour 12 pièces) :
- 500 g de farine fermentante
- 125 g de beurre
- 125 g de sucre
- 2 oeufs entiers
- 1/2 tasse d'eau tiède dans laquelle on mettra 2 paquets de levure de boulanger (42 g)
- Une pincée de sel

Technique :
1. Faire un puits dans la farine et y mettre le beurre ramolli, le sucre, les 2 oeufs entiers et la levure délayée ; mélanger le tout à la main ; laisser reposer la pâte avec un essuie par-dessus dans un endroit sans courant d'air pendant 1 heure.
2. Faire chauffer l'eau avec la pincée de sel dans une grande casserole ; avec une cuillère à soupe, façonner des petites boulettes ; les plonger dans l'eau bouillante pendant 4 à 5 minutes ; les égoutter.

Ces couques de suisse se servent avec du beurre fondu et de la cassonade... délicieux... mais bonjour les kilos... mais tellement bon ! ! !

Envoyé par Petrouchka - Belgique


Date de création : 11/03/2015 16:02
Catégorie : - Viennoiserie
Page lue 2522 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !