Texte à méditer :   Il faut mettre de l'eau dans son vin pour qu'il n'y ait pas d'eau dans le gaz !   Christelle Heurtault

Cougnou

On appelle viennoiseries les produits de boulangerie dont la technique de fabrication se rapproche de celle du pain ou de la pâte feuilletée, mais auxquels leurs ingrédients donnent un caractère plus gras et plus sucré qui les rapproche de la pâtisserie.
Ces pâtisseries pourraient aussi avoir des origines au Proche-Orient et notamment dans les cuisines du palais de Topkapi, palais à Istanbul en Turquie et dont les immenses cuisines en sont un des éléments essentiels. C'est un officier autrichien, August Zang, associé à un noble viennois, Ernest Schwarzer, qui les introduisit à Paris entre 1837 et 1839, en ouvrant une « Boulangerie Viennoise » et dont le succès a vite inspiré une foule d'imitateurs.
D'abord réalisée en France par des ouvriers venus de Vienne, la viennoiserie est ensuite pratiquée par leurs élèves. La pratique se répandant, elle donne lieu à l'appellation « travail viennois », l'ouvrier étant dit un « viennois ». Parmi ces ouvriers, on distinguait alors le croissantier, le biscottier et le pâtissier-viennois.

  

En Belgique et dans le nord de la France, on sert traditionnellement le cougnou le jour de Noël, après la messe de minuit ou au petit déjeuner. Son origine remonte au Moyen Age, c'était alors le 'pain d'étrennes' que l'on recevait le premier jour de l'an. On l'appelait 'cougnoul' ou 'couglou', devenu aujourd'hui 'cougnou' ou 'cougnole'.

Recette 1
Ingrédients (pour une cougnole de 1 kg) :
- 25 g de levure
- 250 ml de lait
- 2 oeufs
- 1 pincée de sel
- 50 g de sucre fin
- 500 g de farine
- 100 g de beurre fondu
- 1 oeuf
Technique :
1. Dans un grand saladier délayer la levure dans le lait, ajouter les oeufs et la pincée de sel, mélanger le tout au fouet ; ajouter ensuite le sucre, mélanger afin d'obtenir une pâte lisse.
2. Ajouter la farine préalablement tamisé, mélanger avec une spatule en bois et lorsque cela devient trop difficile y plonger les mains et malaxer le tout ; ajouter le beurre et bien mélanger afin de former une boule de pâte.
3. Laisser reposer la pâte 2 heures ; ensuite pétrir à nouveau la pâte et former la cougnole : deux petites boules de pâtes pour la tête et les pieds et une grosse boule pour le corps ; laisser reposer de nouveau 1 heure.
4. Délayer le jaune d'oeuf dans un peu d'eau et colorer la cougnole ; enfourner la cougnole dans un four à 200°C (th 7), cuire pendant 30 à 40 minutes à 190°C (th 6). laugh

Suggestion : On peut remplacer le sucre semoule par un sucre perlé où la nous aurons le même résultat qu'un « craquelin » : dans ce cas former une grosse boule uniquement. Nous pouvons aussi ajouter à la recette des raisins de Corinthe où là nous obtiendrons ce que l'on appelle un « cramique ». cool

Envoyé par Isa - Belgique

  

Recette 2
Ingrédients (pour 6 à 8 personnes) :
- 25 g de levure
- 1/4 l de lait
- 2 oeufs
- 2 c. à s. de sucre
- Une pincée de sel
- 500 g de farine
- 75 g de beurre
- Pour la déco : Des raisins de Corinthe - Un petit Jésus en sucre ou en massepain
- Pour dorer : 1 oeuf - 2 c. à s. de lait
Technique :
1. Délayer la levure dans le lait tiédi ; ajouter les oeufs entiers, le sucre et le sel ; travailler bien le tout.
2. Ajouter peu à peu la farine tamisée et le beurre ramolli, bien pétrir ; rouler en boule ; laisser doubler de volume dans un endroit tiède.
3. Beurrer une tôle à pâtisserie ; façonner la pâte en formant une grosse boule allongée encadrée de deux boules rondes plus petites ; placer les raisins secs sur la tête en guise d'yeux et de nez.
4. Dorer le tout à l'oeuf battu avec le lait et laisser à nouveau monter 1 ou 2 heures.
5. Faire cuire à four à 200°C (th 7) 30 minutes.


Date de création : 17/02/2015 19:36
Catégorie : - Viennoiserie
Page lue 1894 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !