Texte à méditer :   Une truite dans la marmite vaut mieux que deux saumons dans la rivière.   Proverbe irlandais

Pâte feuilletée

Farine + Eau... voilà le départ, l'essentiel. L'homme du Néolithique était déjà pâtissier ! Depuis, évidemment, il y a eu quelques progrès et d'abondantes variations. Reste que les deux éléments de base méritent à eux seuls le nom de « pâte ». Les ingrédients supplémentaires changent, les parfums varient, le pétrissage se raffine... et ainsi naît la « pâte à choux », la « pâte à crêpes », la « pâte à frire », la « pâte brisée », la « pâte feuilletée », la « pâte génoise », la « pâte levée »...
Au cours des siècles, de grands pâtissiers se révélèrent par leurs suaves inventions. Et Vous, ne vous sentez-vous pas, parfois, en veine de création ? Alors laissez-vous aller, l'humble bouillie de farine et d'eau qui s'appelle « pâte » a déjà engendré une fourmillante descendance ! La vie continue...

  

S'il est une origine contestée, c'est bien celle-ci. Vous pensez sans doute logiquement que cette pâte est dite « feuilletée » parce qu'elle offre en effet, lorsqu'elle est bien réussie et bien cuite, une superposition de feuilles légères et croustillantes. Mais il faut savoir qu'un nommé Feuillet, chef pâtissier de la maison des Condé a été désigné, par beaucoup, comme l'inventeur de cette pâte incomparable, à laquelle il aurait légué son nom. Mais d'autres prétendent que Le Lorrain, peintre français du 17e siècle, avait fait dans sa jeunesse un apprentissage de pâtissier et qu'il serait le véritable créateur de ce chef-d'oeuvre. Eh bien... soyons historiens et consultons les documents. En plein 14e siècle, sous Charles V, la ville de Cahors en France avait le monopole d'un certain feuilletage à l'huile... Une charte de Robert, évêque d'Amiens en 1311, fait d'ailleurs mention de certains gâteaux feuilletés.

Ingrédients :
- 300 g de farine
- 250 g de beurre ou de margarine
- 1/2 c. à c. de sel
- 1,5 dl d'eau

Technique :
1. Préparer la détrempe :
- Découper 1/5 de la quantité de beurre en petits cubes dans la farine.
- Faire un puits dans le mélange ; ajouter le sel.
- Pétrir rapidement en ajoutant l'eau progressivement.
- Rassembler la pâte en boule : la détrempe ne peut pas être trop molle, elle s'attacherait au rouleau : elle ne peut pas être trop dure, elle se plierait mal et se briserait.
- Laisser la pâte, emballée dans un film alimentaire, reposer 30 minutes.
2. Découper le beurre restant en fines lamelles.
3. Donner les tours :
a) 1er tour :
- Enfariner très légèrement la planche et le rouleau : attention cependant l'excès de farine provoque l'adhérence des feuillets.
- Allonger la pâte doucement, en partant du centre, pour obtenir une abaisse 3 fois plus longue que large, de 1/2 cm d'épaisseur : rogner éventuellement les bords pour avoir une abaisse rectangulaire parfaite.
- Sur les 2/3 de la surface, disposer les lamelles de beurre.
- Plier l'abaisse exactement en 3 : 1/3 sans le beurre entre les 2 autres.
Résultat : 3 feuillets
b) 2ème tour :
- faire 1/4 de tour à la pâte, afin que la pliure se trouve à gauche.
- allonger à nouveau la pâte aux mêmes dimensions en prenant les mêmes précautions.
- replier en 3.
Résultat : 9 feuillets
4. Laisser reposer la pâte pendant 30 minutes.
5. Donner ensuite les 3ème et 4ème tours comme les 2 premiers.
Résultat : 81 feuillets
6. Donner les 5ème et 6ème tours.
Résultat : 729 feuillets
7. Laisser reposer à nouveau 30 minutes à 24 heures.

Applications : Allumettes aux... - Croûtes aux champignons - Quiche lorraine - Cornets à la crème - Croûtes suisses - Tartelettes à la frangipane - Tartelettes aux fruits...


pâte feuilletée


Date de création : 16/12/2014 17:19
Catégorie : - Pâte
Page lue 1919 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !