Texte à méditer :   Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir.   Raymond Rodiguet

BigrementBon.com - Des recettes sans pépin

PETITES ANECDOTES EN G

  

GÂTEAU › CANELÉ : Recyclé !

Ce n'est pas un hasard si le canelé est originaire de Bordeaux, ville réputée pour sa production de vin. Le collage, étape de clarification du vin, consistait à y déposer des blancs d'oeufs avant vieillissement, ce qui faisait agglutiner les matières rendant le vin trouble. Ce procédé coûteux − obsolète aujourd'hui − voyait tout le personnel des châteaux casser des oeufs et séparer les blancs des jaunes, jaunes qui étaient donnés aux Petites Soeurs des Pauvres pour confectionner des gâteaux... les canelés.

GÂTEAU › MANQUÉ : C'est un manqué !
On peut être un chef réputé, faire la gloire d'une pâtisserie et avoir, à l'occasion, la main malheureuse. Chez Félix, grande maison parisienne, le chef préparait un appareil pour biscuit de Savoie. Mais les blancs montaient mal, ils « grainaient »... si bien que le gâteau fut d'abord déclaré « manqué » ! Mais il ne faut pas gâcher la marchandise. Le chef voulut donc utiliser son erreur. Il ajouta du beurre et recouvrit le tout d'une couche de pralin. Le résultat fut mis en vitrine puis acquis par une cliente. Quelques jours plus tard, celle-ci revint, déclara s'être régalée et demanda un gâteau comme celui qu'elle avait emporté précédemment et dont elle ignorait le nom. C'est un manqué, Madame répondit le pâtissier imperturbable.
Ainsi baptisé, le gâteau devint célèbre et l'on inventa même un moule spécial pour mieux le... manquer !

GÂTEAU › MILLE-FEUILLE : 2187 feuilles !!!

Le mille-feuille fait dans les règles de l'art a 729 ou 2187 feuilles. En effet, les feuilles sont des épaisseurs de pâte enserrant une plaque de beurre. À chaque tour, on plie la pâte en 3, avant de l'étaler au rouleau et de la plier à nouveau en 3. La plupart des recettes préconisant 6 ou 7 tours, le nombre de feuilles sera donc de 729 pour 6 tours (3x3x3x3x3x3) et 2187 pour 7 tours.

GÂTEAU › SACHERTORTE : Sacher
L'un des gâteaux les plus connus au monde la « Sachertorte » a été créée pour un prince. On vient du monde entier pour y goûter... quelle est son histoire ? Le prince Klemens Wenzel von Metternich, qui fut longtemps chancelier de l'empire austro-hongrois était un amateur de bonne chair. Ainsi, des accords diplomatiques de première importance se nouèrent au moment du dessert. Le prince de Metternich harcelait sans cesse son chef pâtissier pour qu'il lui crée de nouvelles recettes.
En 1832, pour un dîner particulièrement important, le prince lui demanda un nouveau gâteau en chocolat en précisant : « Ne me faites pas honte, c'est tout ce que je vous demande ». Mais le chef tomba malade, et ce fut à un jeune apprenti de 16 ans, Franz Sacher (1816-1907), qu'on confia la tâche. Il réalisa un gâteau où le poids en chocolat rejoignait celui de la farine, ce qui était innovant pour l'époque et le recouvrit d'un glaçage au chocolat. Et pour adoucir la sécheresse de la génoise, il la fourra d'un peu de marmelade d'abricots et la servi avec la fameuse crème fouettée non sucrée viennoise, la « Schlagobers ».
Ce fut un triomphe immédiat. Tout Vienne voulut aussitôt goûter cette « Torte », gâteau rond en allemand, à laquelle Franz donna modestement son nom : Sacher.

  

GAUFRE : Tient d'une maladresse
On raconte, en Angleterre, que l'origine de la « waffel » tient à une maladresse. Imaginez dans une cuisine au 13e siècle, un noble chevalier revenu de la croisade et n'ayant point encore dépouillé son armure. Fatigué sans doute, il s'assoit brusquement sans faire attention et écrase, de sa cotte de mailles, la pâte fraîchement cuite, préparée par la gente dame de ses pensées. Le gâteau porte ses empreintes mais qu'importe. Il n'est pas seulement fatigué, il a faim, et tartine de beurre ce gâteau à reliefs, puis le mange. Le beurre a fondu agréablement dans le creux des empreintes et c'est délicieux. Tu me referas ces warfres dit-il... car la ressemblance avec les rayons de miel ne lui a pas échappé. Voilà, la gaufre est née. C'est du moins ainsi que les Anglais la racontent.

  

GNOCCHI : Le 29 de chaque mois
En Argentine, au Brésil, en Uruguay et au Venezuela, pays où la cuisine italienne est particulièrement populaire, on mange des gnocchi le 29 de chaque mois, la veille du jour de paye.


Date de création : 23/04/2016 07:43
Catégorie : BigrementBon en ABC-G -
Page lue 3584 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !